•  

     

    Ce matériau sert de référence à l'analyse (ci-après) de Pierrette Mari (parue dans L'Education Musicale) faite sur l'oeuvre de Jean-Louis Petit écrite pour six clarinettes qui a pour titre "Trovu sempre amo strada inde a machia" enregistrée  sur disque REM par le Sextuor de Clarinettes de Paris.

     


    votre commentaire
  • Jean-Louis Petit

     

                Orgue, clavecin, écriture, composition principalement dans la classe d’Olivier Messiaen au CNSMP. Direction d’Orchestre à Paris avec Léon Barzin, à Venise avec Franco Ferrara, à Santiago, Madrid et Monaco avec Igor Markevitch, à Bâle avec Pierre Boulez.

     

                Chef d’Orchestre, Lauréat du Concours Mitropoulos de New York, Jean-Louis Petit a dirigé des orchestres en Europe, USA, Canada, Mexique, Pologne, Ukraine, Tchéquie, Corée, Roumanie, Egypte, Turquie...au service des répertoires symphoniques les plus variés. Il a su motiver de nombreux compositeurs en les incitant à écrire des oeuvres dont il a assuré la création et l’enregistrement, en particulier avec les ensembles qu’il dirige régulièrement : Orchestre Jean-Louis Petit et AMVA92.

     

     

                Compositeur il a écrit pour tous les instruments. On lui doit des oeuvres symphoniques, de musique de chambre, des concerti des oratorios, sept opéras. Son catalogue compte 504 numéros d’oeuvres à ce jour.

                Parallèlement à son activité de créateur Jean-Louis Petit est un découvreur de Musiques du passé qu’il a remises à jour et dont il a enregistré une grande partie pour DECCA International (Collection “Grand Siècle”) : Mouret, Lulli, Rameau, Campra, Marin-Marais, Blavet, Naudot, etc....Cette partie de son activité comportant plus de 500 réalisations transcrites à la Bibliothèque Nationale a été signalée par deux grands Prix du Disque. 

                Cette volonté de non spécialisation est issue de son tempérament musical polyvalent. Grand admirateur d’un patrimoine inépuisable et en prise directe avec la création contemporaine, Jean-Louis Petit met son talent au service de tous les publics.

     

     

    Site : http://jeanlouispetit.com et   http://jean-louis-petit@eklablog.com

     

    Album photos : http://www.kizoa.fr/diaporama/a7256751k3945054o1/album-1

    Ecoutez quelques oeuvres baroques reconstituées et dirigées par Jean-Louis Petit dans la collection "Grand Siècle" (30 disques) sur : http://www.youtube.com/watch?v=nUnKjgMxxuI

     

    Concert de l’Orchestre de Chambre de l’ORTF dirigé par Jean-Louis Petit

    http://www.ina.fr/audio/PHD86016329/concert-de-l-orchestre-de-chambre-de-radio-france.fr.html

    Ecoutez quelques une des oeuvres de

    Jean-Louis Petit sur :

    http://www.musiquecontemporaine.fr/fr/search?disp=all&query=Jean-Louis+Petit+%28compositeur%29&exp_inl=on&exp_aud=on&so=ta

     

    notre producteur : SCORE PRODUCTION

    http://www.score-productions.com/artiste/classic/jean_louis_petit/

     

    Galerie photos : http://www.flickr.com/photos/jlpetit/

    texte sur le baroque :

    http://www.musicologie.org/publirem/vous_avez_dit_baroque.html 

     

    ============================================================ 

      

    Les activités de diffusion

    de Jean-Louis Petit

    avec les ensembles qu’il a créés.

     

    Orchestre de Chambre de Champagne, à Reims, (à partir de 1958)

    http://farm6.staticflickr.com/5061/5672008140_deace52799_m.jpg

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    concert à Châlons en Champagne avec Jean-Philippe Collard

    ================================

    Ensemble de Cuivres de Paris (1960)

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    =================================

    Ensemble « Music Studio » (1964)

    http://farm8.staticflickr.com/7159/6673239105_69571cdbf1_m.jpg

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    =====================

    Ensemble «Woodwind Festival"

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    ===================================

     

    Orchestre de Chambre Jean-Louis Petit (1966)

    http://farm6.staticflickr.com/5106/5790711756_cd2c0f399d_m.jpg

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    L'OJLP au studio 104 de Radio France 

    ===========================================

    L’Atelier Musique de Ville d’Avray (1973)

    http://farm6.staticflickr.com/5108/5790154219_3da5084d7b_m.jpg

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    l'AMVA devant la maison de Schönberg à Mödling/Wien 

    ============================================

    Le Festival de Musique Française de Ville d’Avray

    http://farm6.staticflickr.com/5058/5514476494_fa2252db54_m.jpg

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    avec Yehudi Menuhin

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    ===========================================

    L’Ensemble « Les Musiciens du Roy »

    http://farm6.staticflickr.com/5029/5672033054_988a0c0c31_m.jpg

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    =======================================

    L’Orchestre des Parisiens

    http://farm3.staticflickr.com/2648/5757480824_a2e8b0fcb8_m.jpg

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    ===========================================

    L’Association des Concerts de Ville d’Avray (1972)

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Le Château de Ville d'Avray

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Concours International de Composition

    Concours International d'Interprétation Musicale

    de Paris-Ville d'Avray

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

    ======================================

    Le Chœur de Ville d’Avray

    ======================================

    Le Festival « Rencontres en Champagne »

    A Villers le Château

    Revue d’Art « Concret »

    ======================================

    Jean-Louis Petit : courte biographieJean-Louis Petit : courte biographieJean-Louis Petit : courte biographie Jean-Louis Petit : courte biographie

     

     

     Jean-Louis PETIT

    extrait du

    DICTIONNAIRE DES INTERPRETES

    Ed.Robert Laffont-collection BOUQUINS

     

    _ FORMATION 

    Chef d’orchestre et compositeur français (Faverolles, 20 aout 1937). Il fait des

    études classiques approfondies, entre au séminaire puis décide de se consacrer à la

    musique. Il travaille d’abord au Conservatoire de Reims puis entre dans les classes

    de Simone Plé et Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris. Il étudie la direction

    d’orchestre avec Igor Markevitch, Franco Ferrara et Pierre Boulez.

     

    _ EXPERIENCE PROFESSIONNELLE 

    En 1957 il fonde un orchestre de chambre qui porte son nom, avec lequel il anime

    la vie musicale champenoise (1958-63) et picarde (1964-70). Lauréat du Concours

    Dimitri Mitropoulos à New York en 1968, il dirige le Festival Estival de Paris (1972-75)

    avant de prendre la direction de l’Ecole Nationale de Musique de Ville d’Avray et de

    fonder l’Atelier musique de Ville d’Avray (1974). Pour cet ensemble il commande de

    nombreuses oeuvres à des compositeurs contemporains qu’il enregistre et diffuse en

    tournée dans toute l’ Europe. Il organise, à partir de 1979, un Festival de musique

    française consacré aux compositeurs du début du siècle et à la création.

     

    _ PRINCIPALES ŒUVRES

     

    POUR LA SCENE : Théâtre de la foire (1969) , Casanova (1985), Le Petit Prince (1985)

     

    MUSIQUE POUR ORCHESTRE : Quatre pièces pour cordes (1958), La mort des

    oiseaux pour cordes (1977), Mouvant/Fixe (1979), Au-delà su signe (1979), Fragments III

    (1980) , La Naissance du malentendu pour trompette et cordes (1982), Fragments V pour 2

    trompettes, clavecin et cordes (1985), Les 14 stations pour flûte, hautbois, trompette,

    clavecin et cordes (1985), Fragments VII pour flûte, clavecin et cordes (1985).

     

    MUSIQUE VOCALE : Le passage du poète mort pour voix, violon,violoncelle et

    piano (1964), Dialogus in musica pour voix et piano (1980), Messe pour Saint Marcel (1981),

    Inventaire pour choeur d’enfants (1982)

     

    MUSIQUE DE CHAMBRE : Octuor pour flûte, hautbois, clarinette, basson, 2

    trompettes, cor, trombone (1972) , Hommage à Machaut pour flûte, clarinette, violon,

    violoncelle et piano (1976), Emotif/Immotivé pour 2 pianos et 2 percussions (1978),

    Quelque part effondrée de l’homme pour quatuor à cordes (1979), Jeu pour flûtes et

    clavier (1980), Complices pour 6 harpes (1980), Fragments IV pour ondes Martenot, piano

    et percussion (1979), Nouveau parcours pour flûte et clavecin (1980), Treize passages

    pour saxophone et marimba (1985), La clé de l’eau pour flûte, clarinette, violon,

    violoncelle et piano (1985), Monologue-Dialogue pour flûte, clarinette, violon, violoncelle

    et piano (1985), Permutations pour 6 percussionnistes (1986), Hommage à Frescobaldi

    pour trio à cordes (1986), Couleurs du feu pour violon, violoncelle et piano (1986),

    Sonatine pour violon et piano (1986), Personnage multiple pour cuivres, orgue et

    percussion (1987).

    Des pièces pour piano, pour orgue, pédagogiques, etc...

     

    (Alain Pâris, 1987)

    __________________________________________________________________

    Le catalogue des oeuvres originales (504 numéros au 10.12.2010) et des transcriptions

    de musique ancienne de J.L.Petit est consultable sur le site internet :

    http://jeanlouispetit.com

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

                 

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     

     

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Jean-Louis Petit : courte biographie

    Jean-Louis Petit : courte biographie

     


    votre commentaire
  • Prochains concerts

    Samedi: 16 septembre 2017 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris
    MOZART : Requiem, 
    Ave Maria de Gounod et de Schubert 
    Sandrine LEBEC  soprano, Sylvie SULLé mezzo, 
    Jean-François CHIAMA  ténor,  Olivier PEYREBRUNE  basse
    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK
    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

    Samedi: 21 octobre 2017 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris
    MOZART : Requiem, 
    Ave Maria de Gounod et de Schubert 

    G.Fauré : Cantique de Racine. Mozart : Ave Verum
    Lisa LEVY  soprano, Sylvie SULLé mezzo, 
    Jean-François CHIAMA  ténor,  Olivier PEYREBRUNE  basse
    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK
    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

    Samedi: 25 novembre 2017 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris
    MOZART : Requiem, 
    Ave Maria de Gounod et de Schubert 

    G.Fauré : Cantique de Racine. Mozart : Ave Verum
    Sandrine LEBEC  soprano, Sylvie SULLé mezzo, 
    Jean-François CHIAMA  ténor,  Olivier PEYREBRUNE  basse
    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK
    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT 

     

     

     

    Dimanche 31 décembre 2017 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris
    MOZART : Requiem, 
    Ave Maria de Gounod et de Schubert 
    Lisa Lévy soprano, Sylvie Sullé mezzo, 
    Pierre VAELLO ténor Olivier PEYREBRUNE basse
    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK
    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

     

     

    Samedi 17 septembre 2016 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris
    MOZART : Requiem, 
    Ave Maria de Gounod et de Schubert 
    Sandrine LEBEC soprano, Muriel SOUTY mezzo, 
     Pierre VAELLO  ténor Olivier PEYREBRUNE basse
    Choeur 
    AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK
    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT 

     

    Samedi 22 octobre 2016 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris
    MOZART : Requiem, 
    Ave Maria de Gounod et de Schubert 
    Lisa LEVY soprano, Muriel SOUTY mezzo, 
     Jean-François CHIAMA  ténor,  Olivier PEYREBRUNE basse
    Choeur 
    AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK
    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT
     

     

     

    Notre avis 

    Figaroscope- Jacqueline Thuilleux 

    L'un des plus grands chefs d'oeuvre du maître salzbourgeois, avec des interprètes hautement qualifiés 

      

      

    ================ 

    Rens . 01 42 50 96 18 http://www.ampconcerts.com 

    ================ 

    vente des places VIRGIN - FNAC  /   

    et la veille et le jour du concert à l'église de 10h à 19h 

      

    Ecoutez quelques oeuvres baroques reconstituées et dirigées par Jean-Louis Petit dans la collection "Grand Siècle" (30 disques) sur : http://www.youtube.com/watch?v=nUnKjgMxxuI 

     

    La trompette et le hautbois par deux grands artistes (Jacques Vandeville et Antoine Curé) accompagnés par l’Orchestre Jean-Louis Petit :  http://www.allmusic.com/album/no%C3%ABl-charles-rosier-int%C3%A9grale-des-14-sonates-mw0001549315 

    Jean-Louis Petit Chef d'Orchestre

     

    Samedi 17 octobre 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria, Gounod : Ave Maria

    Bach : “Herr, unser Herrscher” « Ruht wohl » (St. Jean) 

    Mathilde MARODON  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse 

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction  Jean-Louis PETIT 

     

     

    Samedi 28 Novembre 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria, Gounod : Ave Maria 

    Lisa LEVY   soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse 

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction  Jean-Louis PETIT 

     

    Samedi 19 Décembre 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria, Gounod : Ave Maria 

    Lisa LEVY   soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse 

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction  Jean-Louis PETIT 

     

     

    Jeudi 31 Décembre 2015 : 19h30  Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria, Gounod : Ave Maria 

    Lisa LEVY   soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse 

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction  Jean-Louis PETIT 

     

    Samedi 9 janvier 2016 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Ave Maria de Schumann, Haendel : Alleluia

    G.Fauré : Cantique de Racine.

    Mathilde MARODON soprano, Muriel SOUTY mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse 

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

     

    Samedi 23 janvier 2016 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Ave Maria de Schumann, Ave Verum de Mozart

    Bach : “Herr, unser Herrscher” « Ruht wohl » (St. Jean)

    Lisa LEVY  soprano, Muriel SOUTY mezzo,

     Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse 

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT 

    Vendredi 1er mai 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria

    Mozart : Ave Verum

    Elisabeth DUCHÊNE  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Pierre VAELLO  ténorOlivier PEYREBRUNE basse

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

    Samedi 16 mai 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria

    Mozart : Ave Verum

    Sandrine LEBEC  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

     Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

     

    Dimanche 24 mai 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria

    Mozart : Ave Verum

    Lisa LEVY  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Pierre VAELLO  ténorOlivier PEYREBRUNE basse

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

    Samedi 20 juin 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria

    Bach : “Herr, unser Herrscher”, « Ruht wohl » (St. Jean)

    Lisa LEVY  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

    Samedi 25 juillet 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria, Gounod : Ave Maria

    Sandrine LEBEC  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorJacques CALATAYUD basse

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

    Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT

     

    Samedi 22 août 2015 : 21 h Eglise de la Madeleine, Paris

    MOZART : Requiem,

    Schubert : Ave Maria, Gounod : Ave Maria

    Sandrine LEBEC  soprano, Muriel SOUTY  mezzo,

    Jean-François CHIAMA  ténorOlivier PEYREBRUNE basse

    Choeur AMADEUS, Chef de Choeur Laurent ZAÏK

     Orchestre Jean-Louis PETIT, direction Jean-Louis PETIT 

                           

    Notre avis

    Figaroscope - Jacqueline Thuilleux

    L'un des plus grands chefs d'oeuvre du maître salzbourgeois, avec des interprètes hautement qualifiés

     

     

    ================

    Rens . 01 42 50 96 18

    ================

    vente des places VIRGIN - FNAC  /  

    et la veille et le jour du concert à l'église de 10h à 19h

     

    Ecoutez quelques oeuvres baroques reconstituées et dirigées par Jean-Louis Petit dans la collection "Grand Siècle" (30 disques) sur :

    http://www.youtube.com/watch?v=nUnKjgMxxuI


    votre commentaire
  •  

    Analyse de Pierrette Mari

    parue dans la revue « L’Education Musicale » (1990)

     

    A propos de l’œuvres pour 6 clarinettes enregistrée sur CD REM par le Sextuor de clarinettes de Paris.

     

     

     

     

     

    Lorsqu’on connait Jean-Louis Petit et que depuis plusieurs années, l’on suit le parcours de ses multiples activités, on ne sait trop par laquelle il convient de commencer pour parler de lui.

     

     Musicien complet, Jean-Louis Petit s’est très vite orienté vers la direction d’orchestre après avoir accompli de solides études (orgue, clavecin, harmonie, contrepoint, composition). Ses maîtres seront Simone Plé, Olivier Messiaen, Louis Auriacombe, Igor Markevitch, Franco Ferrara, Pierre Boulez.

     

     Il se consacre d’abord à la musique française inédite du XVIIIème siècle et ses premiers enregistrements révèlent un chef dont le talent et la parfaite maîtrise de son art lui vaudront de nombreuses invitations à diriger tant en France qu’à l’étranger. En 1958 , il fonde son propre orchestre de chambre et, quelques années plus tard, « L’Atelier Musique de Ville d’Avray », ville dont il est de directeur du Conservatoire National depuis 1972. Lauréat du Concours Dimitri Mitropoulos de New York, il poursuit simultanément sa carrière de chef d’orchestre et de pédagogue à laquelle s’ajoutent la charge de Directeur du Festival Estival de Paris (de 1972 à 1977) et celle du Forum de la création des Hauts de Seine. Loin de redouter la multiplicité de ses nombreuses activités qu’il considère comme complémentaires, il ne cesse en outre de composer. En consultant son catalogue, on mesure la puissance d’un travail considérable qu’il déploie avec le même sérieux, le même équilibre et une même logique dans la démarche.

     

     Parmi les compositeurs de sa génération, il en est peu qui aient résisté à l’appel des excentricités relevant souvent d’expériences stériles. Jean-Louis Petit a su cultiver l’originalité de son langage en s’exprimant avec sincérité plutôt que de suivre les impératifs d’un mouvement « dans le vent ». Et si l’on peut, comme pour tout créateur, définir à partir e ses premières œuvres, les étapes de son évolution, il transparaît une ligne constante de ses préoccupations et de sa conception en matière d’esthétique.

     

     

     L’ATELIER MUSIQUE DE VILLE D’AVRAY

     

     

     

    En créant cet Atelier Jean-Louis Petit a accompli un travail colossal pour initier des publics très variés à la musique d’aujourd’hui. Il a suscité chez les jeunes auditeurs de la curiosité, de l’enthousiasme qui, en retour, ont dynamisé sa démarche. Ayant fait appel à de nombreux compositeurs – français et étrangers – il n’a exigé d’eux que des critères de qualité et d’authenticité sans se préoccuper des tendances auxquelles elles se rattachaient ? Grâce à son souci d’éclectisme, il a réussi à abolir le cloisonnement entre des partitions extrêmement différentes et tendant des passerelles entre des musiques ‘exprimant dans un langage traditionnel et d’autres, plus complexes. On lui doit aussi d’avoir su interpréter les partitions qui lui étaient confiées en les appréhendant comme des œuvres dont les caractéristiques doivent faire vibrer notre sensibilité en révélant des horizons nouveaux d’espace sonore. Il résulte de cette prise de position des programmes ouvrant un vaste éventail à des styles les plus divers.

     

    La réussite durable de cet Atelier permet de constater la valeur de ce pluralisme dans une époque vouée trop souvent à la spécialisation. Si l’on rejetait une fois pour toutes les querelles autour des chapelles « d’avant garde », terme qui, paradoxalement renferme deux notions difficilement compatibles : celle expérimentale (qui appartient déjà à un passé révolu) et elle qui, refusant tout nouvel académisme, traduit un nouveau modernisme, on parviendrait à espérer pour cette fin de siècle une grande ouverture qui abolirait tout sectarisme en ne retenant que des valeurs artistiques authentiques. C’est ce que « l’Atelier de Ville d’Avray »  est parvenu à obtenir et cela garantit sa pérennité.

     

     Avant d’en venir à commenter la partition que nous vous proposons, il faut la situer dans cet axe de création inspirée par la Nature, et plus précisément par cette terre de Corse qui nous est chère.

     

     

     

    TROVU SEMPRE A MO STRADA INDE A MACHIA

     

     L’œuvre, composée en 1980, porte le titre évocateur « Je trouve toujours mon chemin dans le maquis ».

     

     La conception et l’orientation très personnelles de la pensée de Jean-Louis Petit, influencée par de savantes recherches d’ordre aussi bien esthétique qu’instrumental, forge un langage qui fait pénétrer dans un espace harmonique des plus originaux. « Des traits linéaires s’enchaînent et agencent des figures mobiles dans un rythme malléable qui sollicite l’extrême précision du jeu et trouve son homogénéité dans la maîtrise de la pensée polyphonique ».

     

     Il est délicat de définir le style d’une partition qui demeure à la première écoute sinon énigmatique, du moins mystérieuse. Jean-Louis Petit base, depuis plus de vingt ans, son travail de composition sur des modes mélodiques à douze sons qui ne sont pas choisis au hasard mais qui sont issus de deux contraintes qui leur donnent une personnalité  très forte : la série qu’ils forment est non rétrogradable, et les intervalles qui les séparent sont tous différents (voir le schéma de son principe d’écriture).

     

     Démarche qui se rapproche de celle de l’Ecole de Vienne sans toutefois se soumettre au parti pris de l’adoption inconditionnelle du système dodécaphonique, et qui renvoie aussi aux recherches modales de Messiaen. Dans un esprit de parfaite indépendance, Jean-Louis Petit s’exprime naturellement à travers ces deux contraintes qu’il s’efforce souvent de rattacher à des sonorités connues. Aucun dogmatisme ne préside donc à l’élaboration de ses œuvres : les impératifs d’aucun système ni d’aucun dogme ne viennent heurter la conduite de son travail.

     

     Cette œuvre écrite pour six clarinettes – en si bémol – n’est pas construite sur une forme préétabli selon les critères des structures traditionnelles, elle se présente comme une fresque en mosaïque dont chaque élément s’intègre et s’enchevêtre dans des phrases pleines de relief. La forme et le mode de développement obéissent à une évolution du temps musical. Malgré l’absence de thème à proprement parler, le principe de la variation est appliqué avec de nombreux procédés contrapunctiques (mouvements contraires, mouvements rétrogrades, entrées canoniques). L’accentuation constitue un élément primorial dans les attaques. L’imprécision rythmique émane de fréquents changements de mesure qui entrtiennent une dynamique de vitalité et de mouvance.

     

     Mélodiquement, l’emploi du chromatisme notamment celui du chromatisme retourné, colore certains passages de teintes bartokiennes. L’éloquence des méandres ne fait que rendre plus expressif celle des silences qui les entrecoupent.

     

     

     

    (1)L’écriture très conjointe dès ce qui se présente comme une introduction, élargit progressivement ses intervalles et devient de plus en plus disjointe (p.9). Par d’heureuses combinaisons s’amorce, dans une sonorité d’orgue, un mouvement descendant (p.13). Une cellule de trois notes (différentes à chaque instrument) se répète « a libitum », en faisant l’objet d’un court intermède et aboutissant à un silence, espace qui crée une aura d’où émerge, pianissimo, de nouvelles cellules qui progressent vers l’aigu (p.14-15). Sur une tenue (mi bémol grave) vont s’enchevêtrer les éléments d’un dialogue entre deux groupes de trois instruments ; le discours s’anime jusqu’à ce que l’ensemble des clarinettes fusionne pour lancer un trait ascendant en triples croches (p.17).

     

     Dans un nouvel épisode s’amalgament des valeurs binaires et ternaires (P.19). L’écriture ne cesse de se diversifier, tantôt plus aérée, elle redevient plus compacte au cours d’une progression qui conduit à un point culminant (P.24) d’où les six instruments redescendent parallèlement. Suit un passage en syncopes offant un autre éclairage avant que les instruments ne se séparent à nouveau en deux groupes (p.26).

     

     Les facettes de cette mosaïque révèlent de constants reflets par des contrastes successifs : passage en valeurs égales – d’abord en croches, puis en doubles croches – interrompu par une longue tenue bientô suivie par un enchevêtrement serré de six parties (p.33). Un passage de grande complexité rythmique (alternance de mesures à 5/16 et 9/16) qui amène la partie conclusive, fait place à une sorte d’épode en valeurs longues. Puis, en un rebondissement, les six clarinettes se lancent dans un ultime jeu contrapointique qui se termine dans la plus grande douceur en donnant une impression atténuée des effets de lumière qui, tout au long de la partition, avaient miroité avec éclat.

     

     

     

    (1     Pour faciliter la lecture de l’oeuvre nous donnons la numérotation des pages de la partition éditée en format de poche : Edition des Maîtres Français.

     

     

     

     

     

    http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a4ffb796f98.jpg http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a5001a5f2f6.jpg http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a500449ccbb.jpg http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a5006c33de5.jpg http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a5008e23d1a.jpg http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a500c1b8065.jpg http://data0.eklablog.com/jeanlouispetitcompositeur/mod_article59140111_50a500e5d7796.jpg


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires